DEUX PRIX NATIONAUX DE L’INCLUSION SCOLAIRE REMIS AU NORD DU NOUVEAU-BRUNSWICK

Dans la section : Blogue de l'ANBIC, Communiqués de presse, Dans l'actualité, En vedette

Petit Rocher, N.-B. – Mettre fin à l’exclusion. C’est l’objectif de l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire (ANBIC) : mettre fin à l’exclusion de Néo-Brunswickois qui ont une déficience intellectuelle ou développementale et bâtir une société forte où tout le monde se sent à sa place. L’une des pierres angulaires de cet objectif est l’inclusion scolaire, de la petite enfance à l’éducation postsecondaire. Celle-ci repose sur les valeurs, le travail et l’effort d’éducateurs et d’éducatrices qui croient fermement au droit de tous et chacun de se sentir à sa place.

Inclusion scolaire Canada et l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire ont rendu hommage à deux des « chasseurs d’exclusion » du Nouveau-Brunswick aujourd’hui lors d’une cérémonie tenue à Petit Rocher. La présentation a eu lieu dans le cadre de la cérémonie d’ouverture de la 29e édition de la Semaine provinciale de la fierté française, qui se célèbre chaque année pour souligner la riche culture francophone du Nouveau-Brunswick. Brian Kenny, ministre de l’Éducation et Développement de la petite enfance, Gordon Porter, directeur d’Inclusion scolaire Canada, et Danny Soucy, directeur général de l’ANBIC, assistaient à la célébration qui a eu lieu à l’École communautaire Le Domaine Étudiant de Petit-Rocher, au Nouveau-Brunswick.

Danny Soucy a présenté les deux lauréats – l’École communautaire Le Domaine Étudiant de Petit-Rocher et Sophie Pitre-Boudreau, enseignante de français 7e année et directrice adjointe à l’École Le Domaine Étudiant. Gordon Porter et Brian Kenny, ont présenté les certificats de reconnaissance à Sophie Pitre-Boudreau et à Kristie Roy, directrice et enseignante d’anglais en 7e et 8e années à l’école.

« Cette école et cette enseignante travaillent chaque jour, de bien des façons, à mettre fin à l’exclusion d’élèves à des âges et stades parmi les plus importants de leur vie, a dit Soucy. Elles rejoignent l’impressionnante suite des lauréats du passé, que l’Association canadienne pour l’intégration communautaire (ACIC) et ANBIC ont reconnu au cours des 11 dernières années, pour leur travail sans relâche visant à faire en sorte qu’aucun élève ne soit exclu de l’expérience de la vie scolaire et de l’apprentissage avec ses pairs. Comme on dit, ces personnes ne font pas que joindre le geste à la parole en matière d’inclusion. Elles donnent toujours le meilleur d’elles-mêmes pour que chaque élève qu’elles côtoient sache que tout le monde doit de sentir à sa place. »

« L’éducation n’est pas une profession facile, à n’importe quel niveau, dans n’importe quelle classe, n’importe où. Les enseignants, c’est-à-dire tous les éducateurs, façonnent notre avenir et devraient être admirés pour ce qu’ils font. En effet, non seulement assument-ils la responsabilité d’enseigner les matières prescrites, mais ils éclairent et guident les pensées, croyances, attitudes et actions de nos enfants. »

Soucy a pris un moment pour réfléchir à tout le chemin que le Nouveau-Brunswick a parcouru au cours des 60  dernières années en matière d’inclusion.

« Il n’y a pas si longtemps, les enfants ayant un handicap n’avaient pas le droit de fréquenter une école ordinaire de leur quartier, rappelle-t-il aux personnes présentes. Les parents ont longtemps défendu avec énergie le droit de leurs enfants à leur place dans des classes avec leurs pairs, un droit désormais reconnu par deux conventions des Nations Unies, l’une portant sur les droits des personnes ayant un handicap, l’autre sur les droits des enfants, toutes deux ratifiées par le Canada. Ces parents et les chefs de file de la justice sociale qui ont rédigé ces conventions ont compris l’importance de l’inclusion scolaire, puisque l’exclusion de l’école a des effets négatifs sur toute la vie. »

« C’est pourquoi il est si important pour nous de montrer comment l’inclusion scolaire peut être réalisée et être efficace. Il s’agit de mettre à contribution les forces collectives des éducateurs, des élèves, des parents et de la collectivité pour le mieux-être de tous ».

-30-

Source:
Gina Wilkins
Directrice du marketing et des communications
ANBIC
506.658.0116 (bureau)
506.639.4658 (mobile et messages texte)
gwilkins@nbacl.nb.ca
@GinaAnnWilkins

 

 

 

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications