La campagne Mettre fin à l’exclusion est une première pour l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire

Dans la section : Blogue de l'ANBIC, En vedette, Nouvelles de l'ANBIC

Lundi 22 janvier 2018 – Fredericton.

Pour la première fois au cours de ses 60 ans d’histoire, l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire (ANBIC) a entrepris une campagne de financement majeure. Les organisateurs de cette campagne, qui a pour titre Mettre fin à l’exclusion, se donnent pour objectif de réunir trois millions de dollars en cinq ans.

« L’ANBIC s’est engagée à aider 10 000 personnes en cinq ans, indique le président de la campagne Doug Willms au lancement public ce matin. Dix mille personnes qui subissent l’exclusion. Dix mille personnes pour qui l’ANBIC apportera conseils, soutien et espoir. La campagne Mettre fin à l’exclusion est un moyen de parvenir à cet objectif. »

Les fonds généraux réunis au cours de la campagne sont destinés à produire un effet dans trois secteurs prioritaires de besoins. Le premier est la défense des droits, la prestation des programmes et le soutien. Le deuxième est la prestation de formation et d’ateliers pour les personnes, les familles, les professionnels et le personnel de l’ANBIC, de manière à renforcer la capacité d’inclusion de la communauté et le troisième est les relations avec le gouvernement, qui impliquent entreprendre de la recherche et travailler en collaboration avec les représentants du gouvernement afin d’établir des politiques et des programmes publics progressistes et inclusifs qui soutiennent les personnes ayant un handicap intellectuel.

« NBACL travaille dans ces secteurs de besoin depuis 60 ans et a accompli un travail gigantesque en vue de mettre fin à l’exclusion et bâtir une communauté », mentionne Willms.

« Le temps est maintenant venu d’honorer ceux et celles qui ont travaillé sans relâche depuis si longtemps, en protégeant ce que nous avons bâti, et en alimentant une nouvelle croissance viable à la portée de nos programmes. Nous voulons célébrer leur legs, et commencer le nôtre, en aidant les personnes à mener une vie ordinaire. »

Willms a par ailleurs annoncé que la campagne a déjà atteint le tiers de son objectif de trois millions de dollars, à savoir 980 000 $.

« Nous sommes très reconnaissants envers les donateurs qui ont déjà reconnu la place distinctive de la communauté des personnes ayant un handicap du Nouveau-Brunswick, dit Danny Soucy, le directeur général de l’ANBIC. Nous sommes également reconnaissants envers les membres fondateurs du cabinet de la campagne pour leur engagement à nous aider à atteindre notre objectif. Nous espérons que beaucoup d’autres personnes dans la province investiront aussi dans l’avenir de l’ANBIC, afin que les programmes que nous offrons puissent être maintenus et étendus »

« L’un de ces programmes nécessite une aide immédiate », ajoute Soucy.

« Nous recevons 200 appels par mois de particuliers et de familles qui cherchent de l’aide, dit-il. Beaucoup d’entre eux sont dirigés vers notre Programme de soutien aux familles, qui agit auprès des familles et des personnes tout au long de la vie, dans les garderies et à l’école, dans la transition vers la vie adulte et dans l’aide à la planification du bien-être financier d’un proche qui a un handicap quand les parents ne sont plus là.

« L’ANBIC a été fondée par des familles en 1957, et ce sont des familles qui ont défini notre travail au cours des 60 dernières années. Mais en ce moment même, au début de 2018, nous manquons cruellement d’argent pour répondre aux demandes auxquelles fait face notre équipe de soutien aux familles. À moins d’une injection de 100 000 $ dans la caisse d’ici la fin de mars, il est très possible qu’à l’avenir, nous ne soyons pas en mesure de soutenir les familles à l’un des moments les plus critiques de leur vie. »

Willms a mentionné plusieurs façons que les Néo-Brunswickois peuvent soutenir l’ANBIC. L’une des façons consiste tout simplement à aider l’Association à passer le mot en invitant 10 personnes à une introduction d’une heure. Une autre consiste à joindre la Société Change Maker de l’ANBIC, par laquelle les donateurs s’engagent à faire un don minimal de 1000 $ par année pendant cinq ans.

« Nous savons que pour aider plus de 10 000 personnes à sortir de l’exclusion, il nous faut 150 nouveaux membres au sein de notre Société Change Maker.

« Cela pourrait être aussi simple que de donner 2,74 $ par jour! a-t-il dit.

Willms conclut l’annonce en lisant une citation au mur de la salle où le lancement de la campagne a eu lieu : « Je me suis toujours demandé pourquoi quelqu’un n’a pas réagi à cette situation. J’ai alors réalisé que ce quelqu’un, ce pouvait être moi.

« Êtes-vous quelqu’un en mesure d’aider à faire de la campagne Mettre fin à l’exclusion une réussite? demande-t-il. Il y a plus de 10 000 raisons d’agir en ce sens! »

Pour de plus amples renseignements sur la campagne Mettre fin à l’exclusion, consultez le site Web de l’ANBIC à nbacl.nb.ca, communiquez par courriel à endexclusion@nbacl.nb.ca ou appelez au 506‑453‑4400 ou, sans frais, au 1‑866‑622‑2548 (1-866-NBACL4U).

 

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications