L’ACIC remet dix prix de l’inclusion scolaire à des néo-brunswickois

Dans la section : Communiqués de presse

(Fredericton, N.-B.) – L’Association canadienne pour l’intégration communautaire (ACIC) a reconnu dix particuliers, écoles et organismes néo-brunswickois en leur remettant des prix de l’inclusion scolaire 2013, aujourd’hui, au cours d’une cérémonie à la Résidence du lieutenant-gouverneur. Huit des certificats ont rendu hommage à des éducateurs, des élèves, des écoles et d’autres personnes qui travaillent tous les jours à l’inclusion de tous les élèves à l’éducation et à la vie de l’école. Deux prix spéciaux ont été présentés à David Jory de Saint John et à Julie Stone de Nackawicen reconnaissance de leur travail de toute une vie et de leurs réalisations en matière d’inclusion scolaire au Nouveau-Brunswick, au Canada et dans le monde.

Fondée en 1957 par des parents dont les enfants n’avaient pas légalement le droit à une éducation dans nos écoles publiques, l’Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire (ANBIC), qui évolue depuis 57 ans, travaille maintenant à des initiatives qui touchent à tous les aspects de la vie des personnes ayant un handicap intellectuel, dont l’inclusion scolaire.

La cérémonie, organisée par l’ANBIC et accueillie par l’honorable Graydon Nicholas, lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick et président d’honneur de l’ANBIC, était le point de mire de l’Association dans le cadre des célébrations marquant le Mois national de l’inclusion scolaire. Son honneur Graydon Nicholas, l’honorable Marie-Claude Blais, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, et la présidente de l’ANBIC Joy Bacon ont remis les prix.

Les gens que nous célébrons aujourd’hui « ont une influence déterminante dans la vie de personnes et de communautés, et ce, par leurs contributions et leur exemple », a indiqué Joy Bacon, présidente de l’ANBIC dans son discours d’ouverture.

« Depuis que l’inclusion scolaire a été inscrite dans une loi 1986, j’ai été témoin du progrès que nous avons fait pour que chaque enfant atteigne son plein potentiel, a-t-elle mentionné. Notre parcours n’a pas été facile.

« Nous remercions ceux et celles qui ont travaillé avec zèle dans leur gestion de la protection et du maintien des droits de tous les enfants », a dit Mme Bacon.

Les prix décernés cette année représentaient le continuum de l’inclusion au cours du cycle éducatif pour les enfants et les jeunes adultes et reconnaissaient une directrice de garderie éducative, une assistante en éducation, une enseignante de cinquième année, une enseignante d’école intermédiaire, une équipe sportive d’école secondaire, un centre scolaire communautaire regroupant des élèves de la maternelle à la douzième année, un organisme qui soutient les personnes ayant un handicap et un conseiller de collège communautaire.

« Nous savons qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, a-t-elle ajouté. Nous reconnaissons qu’il y a des enfants qui, à cause de leur étiquette, éprouvent toujours de la difficulté à être inclus, valorisés et acceptés. J’espère sincèrement que nous continuerons de travailler ensemble, parents, enseignants, administrateurs, gouvernement et autres intervenants, à faire en sorte que tous les enfants puissent profiter de l’un des meilleurs systèmes d’éducation au monde ».

Les prix de l’inclusion scolaire de 2014 ont rendu hommage à certains des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises qui ont adopté l’inclusion et qui contribuent à en assurer la constante évolution. Ce sont :

Jennifer Robinson
Propriétaire/exploitante de la garderie PolkaDots and Bowties Daycare Facility
Rothesay, Nouveau-Brunswick
Jennifer Robinson et la garderie PolkaDots and Bowties Daycare Facility ont reçu un prix de l’inclusion scolaire pour leur engagement à faire tout ce qui leur est possible pour assurer aux enfants dont elles ont la charge l’atteinte de leur plein potentiel.
À la garderie PolkaDots, tous les membres du personnel travaillent en collaboration avec les familles, les enseignantes de garderie éducative, le personnel de soutien et les paraprofessionnels pour veiller à ce que chaque enfant établisse une assise solide pour l’avenir.
La personne qui a proposé la candidate, Kelly Naish, facilitatrice de l’apprentissage inclusif de la petite enfance de l’ANBIC, dit de la garderie PolkaDots qu’on y donne jamais l’impression que « peut-être tu peux ». C’est plutôt : “Essayons! Tu vois. Tu as réussi… Je savais que tu pouvais! »

Linda Sullivan
Assistante en éducation, école de Gagetown
Gagetown, Nouveau-Brunswick
Linda Sullivan a été choisie pour un prix de l’inclusion scolaire en raison de son approche réfléchie dans le soutien de ses élèves. Elle a aussi été choisie parce qu’elle fait en sorte que tous les élèves se sentent valorisés et égaux à leurs pairs et pour son aptitude à créer des relations valables dans l’école et dans la communauté.
Les parents protègent naturellement leurs enfants. Lorsque l’un de ceux-ci a un rare trouble médical qui, non seulement limite sa mobilité, mais peut s’aggraver avec n’importe quel traumatisme musculaire, les parents redoublent de vigilance et sont d’autant plus inquiets! C’est le sentiment qu’éprouvait Renee Houlihan relativement à sa fille, Riley, quand elle a inscrit l’enfant de cinq ans à l’école de Gagetown. Ses craintes se sont toutefois vite dissipées, et ce, grâce à Linda Sullivan, l’assistante en éducation de Riley. Au cours des quatre ou cinq dernières années, les efforts assidus de Linda, pendant l’école et après, ont assuré la sécurité de Riley, tout en continuant de lui permettre de s’épanouir et de devenir une élève confiante et accomplie.

Jennifer Goad-Casey
Enseignante du programme de français intensif, cinquième année, école Champlain Heights
Saint John, Nouveau-Brunswick
Jennifer Goad-Casey a reçu un prix de l’inclusion scolaire pour sa passion à l’égard de la connaissance et parce qu’elle inspire une culture d’acceptation et d’inclusion dans son école.
« Les élèves se souviendront de la façon qu’un enseignant les amenait à se sentir bien après avoir oublié leurs leçons. » Cette citation semble vraie pour Jennifer Goad-Casey. Quand elle a appris que sa prochaine classe comprendrait une fille ayant une déficience visuelle, Mme Goad-Casey a relevé le nouveau défi avec enthousiasme, en adaptant ses leçons pour répondre aux besoins relatifs à l’utilisation du Braille par l’élève et pour inclure l’élève dans tous les aspects de l’expérience de la salle de classe. Les élèves ont progressé. Maintenant, lorsque vient le moment de faire des activités en classe, cet enfant qui, à une certaine époque, aurait dit « je ne peux pas », dit désormais « essayons! ».

Danielle Thibault
Enseignante de mathématiques et de sciences, septième et huitième année, école Versant-Nord
Atholville, Nouveau-Brunswick
Danielle Thibault a reçu un prix de l’inclusion scolaire en reconnaissance de son aptitude à inculquer les valeurs de l’inclusion scolaire chez ses élèves et chez ses pairs, et pour son engagement à assurer la réussite de ses élèves.
Selon Jody Elsigar, directrice adjointe à l’école Versant-Nord, « Danielle promeut un climat d’appartenance et de respect en salle de classe, ce qui fait qu’elle traite ses élèves avec respect et dignité. La différenciation, poursuit-elle, Danielle s’y est lancée à pieds joints! Elle a été l’une des premières à Versant-Nord à vouloir s’investir sur ce terrain. Dès le début, elle a saisi que la différenciation n’était pas une mode, mais bel et bien une façon de répondre aux différences de ses élèves. ».
Mme Thibault est respectée pour son approche pédagogique, qui est si harmonieuse qu’il est souvent difficile de savoir quels élèves dans sa classe suivent un programme d’éducation adapté.

Les membres de l’équipe de natation de l’école Simonds High
École Simonds High
Saint John, Nouveau-Brunswick
L’équipe de natation de l’école Simonds High a été honorée d’un prix de l’inclusion scolaire pour son aptitude à démontrer que tous les élèves peuvent participer à tous les aspects de la vie scolaire.
Beaucoup d’entre nous se souviendront du sentiment désagréable d’être choisi le dernier pour former les équipes dans le cadre du cours d’éducation physique. Le milieu des sports de compétition peut parfois être un monde de rivalité et de records personnels. Pour l’équipe de natation de l’école Simonds High, le sport de compétition est cependant un milieu où tout le monde a la chance de participer et de faire de son mieux, et aucun de ses membres n’a eu à vivre la mauvaise expérience du cours d’éducation physique.
Au cours de ses nombreuses années d’entraînement, Mark Murchison n’a jamais refusé qu’un élève fasse partie de l’équipe. Il fera tout pour assurer la réussite de ses élèves, y compris faire appel aux autres pour apporter un soutien au besoin. Ceci comprend non seulement les coéquipiers, mais aussi l’équipe de ressource et d’orientation de l’école, une assistante en éducation ou d’autres professionnels de l’extérieur.
Il résulte de cette approche un lien merveilleux entre tous les membres de l’équipe, où la réussite de tout le monde est célébrée.

Équipe-école La Croisée : toute l’école fait équipe à l’école La Croisée
Robertville, Nouveau-Brunswick
L’équipe-école La Croisée a reçu le prix En marche vers l’inclusion de l’ACIC pour l’effort remarquable déployé en vue de devenir une école inclusive, et ce, en améliorant tous les aspects, qu’il s’agisse de l’exploration et de la mise en œuvre des meilleures pratiques en éducation ou de méthodes d’enseignement pour améliorer sa culture scolaire.
Lorsque l’on dit que « l’inclusion scolaire inclut tout le monde », la plupart de gens comprennent qu’elle « inclut tous les élèves ». Ce n’est pourtant pas le cas à l’école La Croisée de Robertville. À cette école, « tout le monde » signifie toutes les personnes qui travaillent, enseignent et apprennent dans les murs de l’école, et non pas seulement les enseignants, les administrateurs, les assistants en éducation, les enseignants ressources, les bibliothécaires, les spécialistes en soins de santé et les élèves, mais aussi le gardien, les secrétaires, le conducteur d’autobus et la travailleuse de cafétéria – TOUT LE MONDE! ». Cela s’illustre notamment par la façon que tout le monde à l’école travaille à faire en sorte que l’ensemble des élèves profite d’un milieu d’apprentissage commun. Ainsi, peu importe le milieu dans lequel un cours est donné, qu’il s’agisse d’une salle de classe ou d’un musée dans le cadre d’une sortie éducative, on fait tout ce que l’on peut pour assurer la présence de l’ensemble des élèves.

Services aux élèves ayant une perte auditive
Ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Fredericton, Nouveau-Brunswick
Un prix de l’inclusion scolaire a été remis à l’équipe d’éducateurs et de techniciens de Services aux élèves ayant une perte auditive pour son aptitude à habiliter les élèves, les familles et les enseignants à l’aide de connaissance et de soutien et pour son approche innovatrice en matière d’inclusion scolaire.
Services aux élèves ayant une perte auditive a apporté beaucoup de contributions pour assurer la pleine inclusion et la participation à part entière des enfants sourds ou malentendants à leur école et à leur communauté.

L’organisme fournit des services d’intervention précoce, dans la mesure du possible au cours des trois premières années de vie de l’enfant ou dès qu’il reçoit un diagnostic. Le personnel travaille auprès des parents et des élèves pour offrir au besoin des interventions et pour favoriser l’habilitation des élèves, et ce, en leur fournissant de l’information et des stratégies favorisant leur autonomie.
Parmi les autres contributions apportées par l’organisme au cours des 25 dernières années, mentionnons l’élaboration de formation, notamment des cours en ligne. En 2012, il a ajouté une audiologiste à son équipe. Il continue de trouver et de mettre en œuvre de nouvelles technologies et d’offrir de la formation aux enseignants et aux assistants en éducation.

Wayne Milner
Conseiller, New Brunswick Community College – Moncton
Wayne Milner a été honoré d’un prix de l’inclusion scolaire de l’ACIC pour les travaux novateurs qu’il a réalisés avec le NBCC, non seulement en inspirant une culture d’inclusion sur le campus, mais aussi en promouvant et en orientant l’élaboration des procédures et des services nécessaires à son soutien et à son maintien.
Reconnu comme pionnier, M. Milner a travaillé pendant plus de 23 ans à favoriser l’inclusion des étudiants ayant un handicap qui fréquentaient le réseau du Collège communautaire. Il a été le premier à travailler à des plans individualisés pour les élèves ayant un handicap afin d’assurer leur réussite dans le domaine qu’ils avaient choisi.
M. Milner a inspiré les étudiants à se hisser au sommet, même dans le doute. C’est grâce à son approche, qui s’appuie sur les forces des étudiants, que ceux-ci ont pu obtenir leur diplôme et évoluer de bien d’autres façons. Un élément qui témoigne de l’influence qu’il a eue sur ces étudiants, c’est le fait que plusieurs d’entre eux retournent au campus simplement pour lui rendre visite et lui dire bonjour et merci.

Julie Stone
Éducatrice à la retraite/consultant – Nackawic
Julie Stone s’est vue décerner le prix de la reconnaissance spéciale par l’ACIC pour sa carrière comme enseignante douée et comme bâtisseuse du système d’inclusion scolaire du Nouveau-Brunswick.
Mme Stone est d’abord et avant tout une enseignante exceptionnelle, une enseignante qui a la volonté de toujours en faire un peu plus pour apporter une amélioration dans la vie de ses élèves. Cet engagement l’a amené à établir l’une des meilleures maternelles privées de la province, à devenir l’une des premières enseignantes méthode et ressource du Nouveau-Brunswick et à offrir de la formation et un renforcement des capacités pour les écoles inclusives dans l’ensemble de la province, au Canada, aux États-Unis et à l’étranger, notamment au Guatemala, au Mexique et au Nicaragua. Mme Stone a tenu plusieurs rôles auprès de l’ANBIC, dont celui de présidente. Elle a été membre du conseil d’administration, puis présidente nationale de l’ACIC. Tout au long de sa carrière, Julie Stone a grandement amélioré les choses.

David Jory
Parent, défenseur de l’intégration communautaire, professeur (à la retraite), Saint John, Nouveau-Brunswick
La contribution de David Jory au mouvement d’intégration communautaire au Nouveau-Brunswick, au Canada et partout dans le monde lui a aussi valu un prix de reconnaissance spéciale de l’ACIC.
M. Jory a consacré une partie importante de sa vie à se faire le champion des droits de la personne et de la citoyenneté des personnes ayant un handicap intellectuel. Son approche créative et proactive a mené à plusieurs réalisations qui ont joué un rôle de premier plan dans l’avancement des objectifs relatifs à l’intégration communautaire. L’un des rôles qu’il a joués au début des années 1980 a été d’obtenir le dépôt du projet de loi 85, une mesure législative qui modifiait la Loi scolaire pour faire en sorte que les enfants et les jeunes ayant un handicap aient le droit de participer dans les milieux d’apprentissage communs aux côtés des pairs de leur âge. Comme Joy Bacon, présidente de l’ANBIC, a dit de M. Jory :
« Il voit des possibilités que les autres ne voient pas, et il était disposé à prendre des risques et à aller de l’avant dans certains domaines bien avant les autres. Il est toujours le premier à explorer les moyens les plus progressistes d’aborder les problèmes qui touchent les personnes ayant un handicap et d’assurer leur citoyenneté à part entière. »

– 30 –

Les profils complets des dix lauréats des prix de l’inclusion scolaire de 2014 peuvent s’obtenir sur demande.

Source :

Christy McLean
Directrice des communications
Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire
506-453-4404
cmclean@nbacl.nb.ca

ou

Gina Wilkins
Consultante principale de l’ANBIC
BissettMatheson Communications
506-658-0116 (bureau)
506-639-4658 (domicile)
gina@bissettmatheson.com

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications