Défendre les intérêts concernant la formation professionnelle et les possibilités d’emploi

En devenant adulte, votre enfant connaîtra la fin de ses années d’école publique. C’est là une époque de grand changement pour tous les jeunes, mais les personnes ayant un handicap font souvent face à de plus grands défis pour ce qui est de profiter de véritables occasions d’obtenir une formation complémentaire et un emploi. Il est très important que votre enfant et vous profitiez au maximum des années d’école pour préparer ce changement. Si votre enfant est encore à l’école, veuillez vous référer au module 1 – La transition de l’école au travail puis au monde des adultes et à la vie en communauté.

En tant que familles, vous pouvez jouer un rôle important pour ce qui est d’aider votre enfant à trouver un emploi (ou d’autres activités significatives) dans la communauté. À titre de défenseur d’intérêts, ce à quoi vous vous attendez comme possibilités d’emploi pour votre enfant compte beaucoup. Vous pourriez avoir à relever plusieurs défis, dont ce qui suit :

  • Les attitudes et les croyances des autres, voulant que l’enfant soit incapable de travailler.
  • Trouver la bonne adéquation entre les champs d’intérêt et les compétences de votre enfant et les emplois offerts dans la communauté.
  • Trouver les bonnes mesures de soutien ou services dont votre enfant a besoin pour trouver et garder un emploi, ou faire autre chose dans la communauté qui donnera un sens à sa vie.

Il y a un certain nombre de mesures que vous pourriez prendre pour défendre le droit de votre enfant de travailler dans la communauté. L’un des éléments clés à retenir, c’est qu’il pourrait y avoir des organismes ou des gens dans votre communauté en mesure d’aider votre enfant à ce propos. Par exemple, il existe des programmes gouvernementaux qui aident précisément les personnes ayant un handicap à trouver de l’emploi. Votre intervention sera grandement renforcer si vous connaissez bien les possibilités et les services offerts dans votre communauté. Dans certaines communautés, l’aide est limitée, et vous pourriez avoir à assumer un rôle plus direct dans votre intervention visant à favoriser les possibilités d’emploi pour votre enfant. Voici quelques idées et suggestions sur le rôle que les familles, les organismes communautaires et d’autres intervenants peuvent jouer.

Rôle des familles dans la défense des intérêts

Quand les familles appuient les objectifs de travail de leur enfant, les chances de réussite s’en trouvent améliorées. Tout comme vous le feriez pour vos autres enfants, vous voudrez probablement faire toutes les démarches possibles pour aider votre enfant qui a un handicap à obtenir et à garder un emploi. Voici quelques suggestions pratiques à considérer :

  • Servez-vous de vos contacts avec les membres de la famille et les amis. Informez-les que votre fils ou votre fille cherche du travail et demandez-leur de parler à leurs amis des possibilités d’emplois.
  • Encouragez votre fils ou votre fille à penser au travail et aux possibilités de travail. Parlez-lui dans ses jeunes années de ce que signifie le travail et de ce qu’il ou elle aimerait faire. Commencez en encourageant votre enfant à travailler à temps partiel ou à des emplois d’été le plus tôt possible.
  • S’il le faut, rencontrez des employeurs qui sont prêts à donner à votre fils ou à votre fille une chance de travailler. Une telle démarche suppose que vous planifiiez des calendriers et que vous gériez les problèmes pouvant se produire. Par exemple, si des routines ou des habitudes particulières sont importantes, les employeurs devraient en être informés, ainsi que de la façon de les prendre en compte.
  • S’il le faut, aidez votre fils ou votre fille à se rendre au travail et à en revenir. Vous voudrez que votre enfant fasse ceci par lui-même, mais cela pourrait ne pas être toujours pratique ou possible.
  • Prenez contact avec les organismes locaux susceptibles d’aider votre enfant à trouver et à garder un emploi. Vous pourriez avoir à faire pression sur un organisme pour qu’il apporte une aide d’une manière qui vous semble importante. Soyez respectueux, mais soyez aussi déterminé.

Rôle des organismes communautaires

Il y a au Nouveau-Brunswick plusieurs organismes communautaires qui aident les personnes ayant un handicap à trouver de l’emploi dans la communauté. Le gouvernement finance la plupart de ces organismes. Ils ont pour mandat de desservir des personnes ayant divers types de handicaps, mais ce n’est pas toujours le cas. Le Conseil du Premier ministre sur la condition des personnes handicapées a un répertoire de services qui fournit une liste d’agences de placement et d’organismes professionnels au Nouveau-Brunswick. Cette liste est mise à jour régulièrement. Cliquez ici pour être en lien avec le site Web du Conseil du Premier ministre sur la condition des personnes handicapées.

Malheureusement, il n’y a pas d’organisme aidant les personnes ayant un handicap à trouver un emploi dans toutes les communautés du Nouveau-Brunswick. Certaines communautés peuvent n’avoir encore que des organismes administrant des ateliers protégés et des entreprises dont les services se limitent à la fourniture activités dans un centre ou un seul bâtiment. Dans les grandes communautés, certains organismes sont maintenant plus actifs dans l’aide à la recherche d’emploi (ou autres activités significatives) pour les personnes ayant un handicap. Assurez-vous de connaître la mission et le type de services qu’offre l’organisme.

Certaines agences de placement du Nouveau-Brunswick ont été très efficaces pour aider les personnes ayant un handicap intellectuel à trouver de l’emploi à temps partiel ou à temps plein. Ces agences entretiennent habituellement une exc ellen te relation avec les entreprises de leur communauté.

Rôle du milieu des affaires

Les gens du milieu des affaires de votre région peuvent aider de plusieurs façons. À titre individuel, avec d’autres familles ou de concert avec un organisme communautaire, vous pourriez parler aux gens d’affaires de votre région. Vous pourriez vous adresser à eux dans des lieux de rassemblement en demandant la parole à des réunions de chambres de commerce locales, de clubs rotary ou autres clubs philanthropiques auxquels participent les gens d’affaires de votre communauté. Voici quelques suggestions concernant les gens du milieu des affaires susceptibles d’apporter un soutien :

  • Ils peuvent ouvrir la porte à un plus grand nombre de personnes ayant un handicap quand des possibilités d’emploi se présentent. Pour qu’ils agissent ainsi, il faut un changement d’attitude concernant les personnes ayant un handicap et la volonté de faire le nécessaire pour qu’une personne obtienne l’aide dont elle a besoin pour faire un travail.
  • Les gens d’affaires ont de l’expertise que les autres n’ont pas. Ils peuvent concevoir des façons d’accommoder et de soutenir un plus grand nombre de personnes dans différents milieux de travail.
  • Les gens d’affaires peuvent parler à d’autres gens d’affaires de leurs expériences dans l’emploi de personnes ayant un handicap. Ils peuvent parler de leurs travailleurs loyaux qui ont un handicap et de ce qu’ils présentent comme avantage pour l’entreprise.
  • Bien des gens d’affaires, quand on les aborde, sont prêts à essayer de nouvelles façons d’aider des personnes à faire un travail. Ils peuvent être des partenaires efficaces dans l’élaboration de nouvelles idées et approches.
  • Les gens d’affaires peuvent jouer le rôle de « mentors » auprès d’une petite entreprise mise sur pied pour une personne ayant un handicap. À titre de mentor, un chef d’entreprise pourrait fournir des renseignements ou des conseils pratiques sur la gestion d’une petite entreprise.

Vous pouvez aussi vous servir des renseignements que renferme le module 2 sur l’emploi. Celui-ci est destiné aux employeurs pour les aider dans l’embauche, la formation et le soutien des travailleurs ayant un handicap intellectuel. Vous pourrez peut-être vous servir de certains renseignements du module pour faire une petite présentation devant un groupe de gens d’affaires.

Autres programmes du gouvernement

En plus de financer les agences de placement des communautés, le gouvernement offre d’autres programmes ou financement pour aider les personnes ayant un handicap à trouver et à garder un emploi. L’un de ces programmes s’intitule Services de soutien à la formation et à l’emploi (SSFE). Il est conçu pour améliorer « l’aptitude au travail » des personnes ayant un handicap. Du financement est offert pour le counselling d’emploi, l’aide à la formation professionnelle, l’équipement, le transport ou un formateur en milieu de travail (qui soutient une personne ayant un handicap), etc. Le financement offert dans le cadre de ce programme est généralement de courte durée. Il ne fournira pas un travailleur de soutien pour une personne ayant un handicap pendant une période prolongée.

D’autres programmes gouvernementaux consistent à accorder des subventions salariales aux employeurs qui aident les personnes ayant un handicap à acquérir une expérience de travail valable ou leur permet parfois de montrer à un employeur ce qu’ils peuvent faire. Ici encore, ces subventions salariales ne sont pas prévues pour fournir des subventions à long terme ou continues aux employeurs.

Pour obtenir plus amples renseignements sur les programmes gouvernementaux, allez au site Web du ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail en cliquant ici.

Accès à une formation professionnelle

La formation professionnelle après l’école secondaire devient de plus en plus importante pour tous les jeunes. Bien des emplois dans nos communautés demandent des compétences supplémentaires. Il apparaît évident que les personnes accèdant à une formation complémentaire après le secondaire améliorent grandement leur chance d’obtenir un emploi.

Les personnes ayant un handicap sont encore confrontées à des obstacles quand elles essaient d’accéder à une formation complémentaire. Heureusement, plusieurs de ces obstacles s’aplanis et les possibilités se multiplient. Par exemple, le système du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick fournit maintenant des possibilités aux personnes ayant un handicap intellectuel ou autre de suivre des cours collégiaux réguliers. Pour les élèves ayant un handicap intellectuel, ces programmes peuvent être modifiés pour s’adapter à leurs compétences et habilités. Au cours des dernières années, plusieurs jeunes ayant un handicap intellectuel ou autre ont terminé avec succès des programmes au collège communautaire et trouvé du travail. Pour plus amples renseignements concernant les possibilités pour les personnes ayant un handicap, contactez l’ANBIC.

D’autres possibilités de formation professionnelle méritent aussi d’être explorées. Il pourrait y avoir des écoles de formation professionnelle privées dans votre région qui seraient disposées à inclure et à accommoder des personnes ayant un handicap. Votre enfant pourrait peut-être accéder à du financement par l’entremise du programme SSFE du gouvernement afin de l’aider à obtenir le soutien nécessaire pour participer à des possibilités de formation professionnelle.

Bien des personnes ayant un handicap peuvent encore devoir dépendre de l’obtention d’une formation qui a lieu directement en milieu de travail. Plusieurs employeurs entraînent régulièrement leurs nouveaux employés afin qu’ils apprennent à faire le travail. Les organismes communautaires peuvent peut-être travailler avec les employeurs et les aider à fournir de la formation sur place aux employés ayant un handicap. Cela peut supposer envoyer un formateur en milieu de travail pour aider à la formation ou travailler auprès des surveillants et des collègues de la personne afin qu’ils puissent former un nouveau travailleur ayant a un handicap. Voir le module 2 pour plus amples renseignements sur les stratégies concernant la formation professionnelle pouvant servir aux employeurs.

Il est par ailleurs important de noter que l’expérience professionnelle fournit des possibilités de formation appréciables. En étant dans des milieux de travail ordinaires, les gens apprennent les habitudes de travail et comment s’entendre avec leurs collègues, et acquièrent des compétences simplement en ayant l’occasion de faire certains travaux. Plus vous aiderez votre enfant à avoir ces possibilités, mieux il sera préparé à réussir au travail.

Mot de la fin

Vous pourriez avoir l’impression que l’emploi n’est pas un objectif réaliste pour votre enfant. Si c’est le cas, nous vous encourageons à ne pas exclure cette possibilité d’emblée. Il faut se souvenir que bien des personnes ayant un handicap intellectuel ou autre travaillent à temps partiel ou à temps plein dans nos communautés. Bien des gens se sont avérés plus capables que ce que pensaient à l’origine leurs familles, leurs enseignants et les professionnels.

Si votre enfant n’obtient pas un emploi, vous devrez peut-être plutôt défendre ses intérêts en faisant en sorte qu’il ait des choses significatives à faire pendant une grande partie de sa journée. Il existe plusieurs possibilités, dont le bénévolat et les activités de loisirs, l’inscription à un groupe ou un club, s’impliquer dans votre église ou groupe confessionnel local. L’ANBIC a publié une brochure à l’intention des familles, qui renferme des conseils et des suggestions sur des façons de soutenir la participation de votre enfant à la communauté. Nous vous encourageons aussi à visiter site Web portant sur la trousse d’outils de l’inclusion communautaire en cliquant ici.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications