Planifier en vue d’un domicile

Planifier en vue d’un domicile futur pour votre fils ou votre fille est l’un des aspects les plus importants de la planification en vue du moment où vous, comme parents, ne serez plus les principaux intervenants dans la vie de votre enfant adulte. Au fil des ans, votre fils ou votre fille a connu le confort et la sécurité du foyer familial. Celui-ci lui a procuré un sentiment d’appartenance et de sécurité qu’il voudra retrouver dans son futur domicile.

Avant de passer en revue les options en matière de domicile, il importe de réfléchir plus à fond à ce qu’un domicile nous procure à tous. Pour la plupart d’entre nous, un domicile est un endroit :

Où les gens exercent un contrôle sur leurs routines quotidiennes, y compris ceux qui entrentpour rendre visite ou pour rester;

Qui est privé et qui correspond au style de vie que chaque personne choisit;

Où les gens qui partagent les lieux vivent entre eux une sorte de relation choisie et mutuelle;

Où les personnes sont en lien avec leurs communautés;

Qui procure une sorte de droit reconnu par la loi d’appartenir (par exemple, commepropriétaire d’une maison ou locataire d’un appartement loué).

Lorsque vous réfléchissez à un futur domicile pour votre fils ou votre fille, essayez de vous souvenir de ces points importants. L’autre point clé pour votre enfant adulte, c’est le soutien et l’aide dont il pourrait avoir besoin pour vivre dans sa maison. Le type et le niveau de soutien varieront d’une personne à l’autre.

Quelles sont les options possibles pour un futur domicile

Il existe un certain nombre d’options possibles à considérer, dont une brève description se trouve ci-dessous. Plus loin dans la présente partie, nous explorerons plus en détail l’option qui consiste à planifier pour que votre fils ou votre fille ait son propre domicile.

Vivre avec un autre membre de la famille.Certaines familles envisageront de placer leur fils ou leur fille ayant un handicap chez un autre membre de la famille (comme un frère ou une soeur). Cette option peut fournir un toit à un endroit habituellement familier pour le fils ou la fille. Il y a cependant un certain nombre de questions à prendre en compte avant de choisir cette option :

Est-ce l’endroit où votre fils ou votre fille veut vivre?

L’autre membre de la famille s’engage-t-il à long terme? Y a-t-il un plan de secours au cas où les conditions de logement ne fonctionneraient pas?

L’emplacement de la maison du membre de la famille convient-il? Y a-t-il l’espace voulu pour qu’une autre personne y vive en tout confort?

La situation engendrera-t-elle des coûts supplémentaires? Comment ces coûts seront-ils couverts?

Est-ce que votre fils ou votre fille pourra être actif dans sa communauté?

Des services seront-ils nécessaires (par exemple, des soins de relève, un soutien durant le jour, etc.)?

Est-ce que le membre de la famille, son conjoint ou sa conjointe et ses enfants sont pleinement conscients des souhaits et des besoins de votre fils ou de votre fille ayant un handicap?

Vivre dans une famille « alternative » Selon cette option, votre fils ou votre fille irait vivre dans une autre famille. Cette option s’inscrit dans un programme du gouvernement appelé Hébergement en famille alternative. Le gouvernement provincial offre du financement pour que des familles d’accueil fournissent un toit et du soutien à des personnes ayant un handicap. Dans ces conditions de logement, une famille « alternative » ne peut avoir plus de deux personnes ayant un handicap dans sa maison. Cette option peut procurer à votre fils ou à votre fille un milieu familial comme celui que la personne connaîtrait dans une maison ordinaire dans un quartier ou une communauté. Les questions formulées plus haut en ce qui a trait à un autre membre de la famille sont aussi applicables pour cette option.

Vivre dans un établissement résidentiel.Les établissements résidentiels sont des bâtiments qui, dotés d’un permis du gouvernement, hébergent et soutiennent des groupes de personnes ayant un handicap et qui habituellement sont sans lien de parenté. Au Nouveau-Brunswick, il existe trois principaux types d’établissements pour adultes : les foyers de groupe (ou résidences communautaires) gérés par des organismes à but non lucratif; les foyers de soins spéciaux qui sont des entreprises à but lucratif, et les foyers de soins. Ces établissementssont assujettis à des règles fixées par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Les plus communs sont les foyers de soins spéciaux à but lucratif. Si vous envisagez un établissement résidentiel comme option, il importe que vous (et votre fils ou votre fille ayant un handicap) vous renseigniez le plus possible sur l’établissement. Il y a par ailleurs un certain nombre d’inconvénients dont vous devez tenir compte en ce qui a trait aux établissements résidentiels, notamment ce qui suit :

L’établissement peut ne pas avoir l’aspect d’un domicile et en donner l’impression, ou du moins le genre de domicile auquel votre fils ou votre fille est habitué.

Dans les établissements, on peut retrouver six personnes ou plus qui vivent ensemble avec des personnalités, des souhaits et des besoins qui divergent. De plus, les personnes peuvent être d’âge différent (par exemple, certains peuvent être des aînés alors que d’autres sont de jeunes adultes).

Les « règles » de l’établissement sont habituellement fixées par les gens qui l’administrent. Cette situation peut restreindre la capacité de votre fils ou de votre fille de choisir ses activités quotidiennes et les gens avec qui passer du temps.

L’établissement peut être dans un quartier ou une communauté que votre fils ou votre fille ne connaît pas bien. Parfois, les gens sont « placés » dans un établissement situé dans une autre communauté.

Comment mon fils ou ma fille peut-il avoir son propre domicile?

Les trois premières options indiquées ci-dessus prévoient toutes que le membre de votre famille ayant un handicap aille vivre chez quelqu’un d’autre ou dans un établissement. De plus en plus, les personnes ayant un handicap (et leurs familles) veulent explorer la possibilité de s’installer dans leur propre domicile dans leur communauté. Cela suppose que votre fils ou votre fille vive dans sa maison, son appartement, son condominium, sa maison en rangée ou son appartement accessoire bien à lui.

Cette option donne plus de flexibilité et d’occasions de concevoir des conditions de logement qui répondent aux souhaits et aux besoins de votre enfant adulte. De plus, elle anticipe la forte possibilité de créer un domicile qui apporte le genre de chose que nous apprécions dans un domicile.

Comment mettre en oeuvre cette option?

L’option voulant que la personne ayant un handicap ait son propre domicile suppose une planification détaillée afin de mettre en place les meilleures conditions de logement possible pour votre fils ou votre fille. Vous profiterez grandement d’une certaine aide dans l’élaboration d’un bon plan, et de sa mise en oeuvre.

Un « réseau de soutien » peut accorder cette aide. Il s’agit de petits groupes de personnes qui acceptent de soutenir votre fils ou votre fille dans la réalisation de ses objectifs. Les membres d’un réseau peuvent aider de plusieurs façons. Ils peuvent collaborer à la recherche d’un logement abordable, planifier et organiser le soutien dont votre fils ou votre fille aura besoin dans un domicile, gérer l’argent pour le logement et les services de soutien, et aider à surveiller les conditions de logement. Pour de plus amples renseignements au sujet des réseaux de soutien, voir la cinquième partie du présent guide.

Vous pouvez aussi obtenir de l’aide d’une agence de votre région qui aide les personnes ayant un handicap à vivre dans leur propre domicile. Malheureusement, il n’y a pas d’agence procurant ce genre de service dans toutes les régions. L’ANBIC s’efforce de rendre ce genre d’aide disponible dans toutes les régions du Nouveau-Brunswick.

Planifier pour un logement abordable et adéquat

L’un des éléments clés pour faire en sorte que votre fils ou votre fille ait son propre domicile, c’est de trouver un logement abordable et convenable. Bien des personnes ayant un handicap vivent avec des revenus fixes (souvent faibles) et ont besoin d’aide pour assumer les coûts d’un logement. Voici des façons de planifier un logement abordable :

Recours aux programmes de logement du gouvernement. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a des programmes qui aident les gens qui ont besoin de louer un logement à prix abordable. L’un des programmes porte sur l’accès à des logements que possède directement le gouvernement provincial ou qui appartiennent à des organismes de logement dans les localités. Un autre programme vise les suppléments au loyer payés aux propriétaires pour les personnes qui n’ont pas les moyens de payer le loyer du marché régulier. Dans tous ces programmes, les gens versent 30 % de leur revenu global pour le loyer. Les gens doivent faire une demande pour qu’on se penche sur leur situation dans le cadre de ces programmes. On détermine l’admissibilité d’une personne en fonction de son revenu et de son niveau de priorité tel que déterminé par le gouvernement. Ces programmes comportent habituellement des listes d’attente. Pour de plus amples renseignements sur ces programmes, communiquez avec la Division de l’habitation du gouvernement du Nouveau-Brunswick dans votre région (vérifiez dans la section des « pages bleues » de votre annuaire téléphonique sous « Province du Nouveau-Brunswick », puis sous « Habitation » pour le numéro à composer).

Utiliser les actifs de la famille. Certaines familles choisiront d’utiliser leurs propres actifs pour procurer un domicile à leur enfant adulte. Cela peut signifier quitter la maison familiale qu’occupera le membre de la famille ayant un handicap ou se servir d’actifs familiaux pour acheter ou financer une maison. Plusieurs options de logement sont à considérer, y compris une habitation unifamiliale, une maison en rangée ou un condominium duplex. Cette approche sera beaucoup plus abordable si la maison est sans hypothèque ou ne comporte qu’une petite hypothèque à rembourser. Voici certaines options de planification :

Transférer la possession de la maison au membre de la famille ayant un handicap..

Faire du membre de votre famille un copropriétaire de la maison avec une autre personne.

Fournir un « domaine viager » c’est-à-dire le droit d’une personne de posséder et de jouir des biens pendant toute la durée de sa vie.

Créer une fiducie de logement. Une fiducie de logement procure un droit reconnu par la loi au bénéficiaire de la fiducie d’occuper la maison tout en laissant les responsabilités de gestion entre les mains des fiduciaires. Les fiduciaires peuvent par ailleurs avoir le pouvoir de recouvrer (reprendre possession) le « loyer » du bénéficiaire ou peut-être celui d’autres occupants de la maison. Les fiduciaires peuvent aussi avoir un certain pouvoir discrétionnaire de modifier les conditions de logement si les besoins ou la situation du bénéficiaire changent

Augmenter le revenu de votre enfant adulte.Vous pouvez aussi vous servir de vos actifs pour augmenter le revenu de votre fils ou de votre fille. S’il ou elle ne reçoit pas de prestations de soutien du revenu du gouvernement provincial, vous pouvez augmenter le revenu comme vous voulez. S’il ou elle reçoit des prestations de soutien du revenu comme personne reconnue « invalide », sourde ou aveugle, vous pouvez augmenter le revenu en ayant recours à une fiducie financière ou à un régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI). Les règlements provinciaux permettent qu’on se serve de l’argent d’une fiducie (jusqu’à concurrence de 200 000 $ en valeur) ou d’un REEI pour augmenter le revenu d‘une personne ayant un handicap. Une fiducie ou un REEI peut servir à payer les dépenses relatives au logement au-delà de ce que la personne peut se payer à partir de son propre revenu. Cela peut se faire sans qu’il n’y ait d’incidence sur le chèque mensuel.

Partager un domicile afin de partager les frais de subsistance.Certaines personnes peuvent vouloir partager leur domicile avec une autre personne et partager les frais de logement. Les personnes ayant un handicap peuvent partager un domicile avec une autre personne ayant un handicap ou avec quelqu’un qui apporte un soutien sans qu’il n’y ait d’effet sur leurs prestations de soutien du revenu venant de la province. Il importe de s’assurer que les personnes sont compatibles et qu’elles peuvent vivre ensemble avant d’envisager cette option.

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications