Appel aux parents du Nouveau-Brunswick à unir leur soutien à la politique d’inclusion scolaire

Dans la section : Blogue de l'ANBIC, Dans l'actualité, En vedette

UN logoJe suis profondément préoccupée que les enfants ayant un handicap servent de boucs émissaires dans le cadre d’une récente couverture médiatique. Chaque fois qu’il y a une histoire sur le modèle de l’inclusion, c’est pour parler d’un problème. Pendant ce temps, on ne racontent pas les histoires d’enfants ayant un handicap qui réussissent.

Je constate les préoccupations de parents et d’éducateurs à l’égard du fait que nos enfants sont mal desservis par notre système d’éducation, et je ne crois pas qu’on puisse raisonnablement exprimer un désaccord sur l’idée d’augmenter les mesures de soutien et l’expertise. Les avis divergent cependant quant aux solutions. Il y a ceux qui semblent vouloir retourner aux classes séparées. Bien d’autres gens souhaitent cependant poursuivre le progrès entamé vers des salles de classe réellement inclusives.

Je me demande si les détracteurs comprennent ce qu’est l’inclusion scolaire. Ils appellent cela un modèle « taille unique », mais c’est au fait le contraire. L’inclusion scolaire repose sur l’enseignement individualité. Si un enfant éprouve de la difficulté à être dans la classe pendant toute une journée, il a l’option de quitter la salle ou de profiter d’un enseignement personnalisé. L’important, c’est de pouvoir retourner en classe et d’y être inclus, avec les mesures de soutien nécessaires.

Certains disent  que la politique d’inclusion n’est pas assez souple pour assurer la sécurité aux enseignants et aux élèves dans la classe. Selon mon expérience, quand l’incapacité de mon fils de s’autoréguler compromettait la sécurité d’autrui, la souplesse de la politique d’inclusion lui permettait d’obtenir un espace d’apprentissage séparé et faisait en sorte que son enseignante reçoive le soutien voulu pour qu’il intègre la classe et les activités scolaires qu’il pouvait tolérer.

Après avoir évalué la situation et établi une stratégie et un plan d’intervention, nous sommes allés de l’avant, et désormais, mon fils passe la majeure partie de sa journée scolaire dans la classe. Il dit qu’il est plus facile de rester occupé à une tâche dans la classe que dans sa salle séparée. C’est grâce non seulement à son enseignante, mais aussi à toute l’équipe scolaire et à d’autres professionnels.

Une autre affirmation sur l’inclusion scolaire que je conteste, c’est celle voulant que le modèle d’inclusion scolaire courant ne soit pas viable. Tout d’abord, je refuse de percevoir mon fils comme une perte de ressources, comme un élève moins important du fait de son besoin d’une aide accrue pour faire sa journée scolaire. De plus, les enfants ayant diverses capacités apprennent les uns des autres tout le temps. Voici un exemple. Quand mon fils a fréquenté une école avec une amie, ils ont joué un jeu auquel ils ont perdu. Habituellement, en raison de sa faible tolérance à la frustration et du retard dans le développement de ses habiletés d’autorégulation, perdre une partie l’aurait mis en colère. Mais cette fois-ci, il s’est référé socialement à son amie pour observer sa réaction au fait de perdre. Elle a tout simplement continué et mon fils a donc fait de même. C’était la première fois que nous remarquions ce comportement chez lui, et nous croyons que c’est lié au temps accru qu’il passe en classe. En revanche, mon fils était un lecteur précoce. À la maternelle et en première année, il lisait donc des livres à ses pairs. En deuxième année, ses compétences avancées en mathématique lui ont permis de communiquer des stratégies de mathématiques à ses camarades de classe. Il ne fait pas qu’apprendre des camarades de classe et des amis; il a, lui aussi, quelque chose à leur offrir.

Je vois l’action de l’inclusion chaque jour que mon fils va à l’école. Je la vois chaque fois que je regarde son enseignante et son enseignante ressource discuter de ses besoins; que je parle au directeur d’école, qui valorise mon fils et nous assure que tout le monde continuera de travailler à son épanouissement. Je vois l’action de l’inclusion quand mon fils colorie des enveloppes pour des invitations à la fête d’anniversaire d’un camarade de classe, des enfants qu’il n’aurait pas connu ou avec qui il ne se serait pas lié d’amitié s’il avait été séparé d’eux. Oui, je peux nommer quelques façons d’améliorer le système d’éducation, mais la politique de l’inclusion scolaire ne serait pas l’objet de mes commentaires. Ceux-ci porteraient sur  le soutien au modèle afin que les élèves en bénéfiecient.

La plupart des adultes au Nouveau-Brunswick ont grandi avec la ségrégation. Par conséquent, lorsque nous rencontrons des personnes ayant un handicap, nous ne savons pas comment interagir avec eux ou offrir du soutien, parce que nous n’avons pas suffisamment eu de contact avec eux. Il n’est pas étonnant que les écoles et les professionnels de l’éducation aient de la difficulté à planifier en fonction de la diversité. Non seulement manquent-ils de soutien et d’expertise, mais aussi d’expérience.Happy Little Faces

De nos jours, grâce à l’inclusion et à la diversité dans nos écoles, les enfants perçoivent à peine la différence. Ils ne voient que des gens, et une fois adultes, ils seront préparés à un monde diversifié où tout le monde à le droit de sentir qu’il fait partie du groupe. Il est à espérer que dans 20 ou 30 ans, les débats sur l’inclusion seront une chose du passé, et que les écoles, les lieux de travail et les activités communautaires inclusives seront la norme.

Plutôt que de diviser les enfants en groupes et de les séparer selon leur capacité, les parents du Nouveau-Brunswick doivent s’unir pour s’opposer aux compressions qui nuisent à l’enseignement à la diversité. C’est ce qu’on appelle le progrès!

Kayla Wilcox et son mari ont du plaisir tous les jours à exercer leur rôle de parents auprès de leurs trois enfants. La famille habite à Fredericton.

«Support New Brunswick’s inclusive education policy» The Daily Gleaner, 28 décembre 2017

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Déclaration sur l'accessibilité au web

Production Web Big Bright Sun Communications logo Big Bright Sun Communications